Praca i Zabezpieczenie Społeczne (Travail et sécurité sociale) 2022/11

  • Projet de nouvelle loi sur les conflits collectifs. Analyse critique
    La loi sur le règlement des conflits collectifs adoptée au début des années 1990 ne répond plus aux enjeux du marché du travail. Dès lors, la nécessité de faire évoluer la réglementation est pointée du doigt à la fois par les partenaires sociaux, les représentants de la science et les médiateurs depuis de nombreuses années. Cependant, les tentatives de modification de la réglementation jusqu'à présent, y compris en particulier les travaux des commissions de codification du droit du travail dans les années 2002-2007 et 2016-2018, n'ont pas abouti. Ainsi, dans le but principal de préserver la paix sociale, le gouvernement a proposé une nouvelle loi sur les conflits collectifs. Et c'est l'évaluation des dispositions les plus importantes de cette loi qui fait l'objet de cet article.
  • Morale sociale : approche théorique et signification pratique
    La disponibilité des prestations sociales est déterminée par les réglementations légales en vigueur dans un pays donné. La portée réelle de l'utilisation de ces avantages dépend cependant des conditions culturelles, y compris, avant tout, des normes morales en vigueur. Alors que certains individus (individus, ménages) abusent des prestations sociales, d'autres - au contraire - n'en profitent pas malgré les autorisations appropriées pour le faire. Une telle attitude individuelle à l'égard des solutions offertes par l'État-providence a été qualifiée de « moralité sociale ». Cet article tente de conceptualiser ce concept. Son essence et sa signification pratique pour le fonctionnement du système de sécurité sociale ont été présentées. En outre, les deux "écarts" par rapport à l'utilisation optimale des avantages ont été discutés, à savoir l'utilisation excessive (appelée abus social) et l'utilisation insuffisante (appelée indifférence sociale).
  • Le concept européen d'aménagement raisonnable pour les personnes handicapées
    L'objectif de cet article est d'analyser les normes européennes actuellement applicables dans le domaine des aménagements raisonnables, notamment en précisant leur nature, leur portée et leurs types. La recherche dans ce domaine reposait sur deux hypothèses. Premièrement, tant les dispositions légales que la jurisprudence de la Cour de justice de l'UE reconnaissent que le concept d'aménagement raisonnable doit être large, mais flexible, et constitue un instrument important pour garantir l'égalité de facto des travailleurs handicapés. Deuxièmement, malgré l'existence de réglementations juridiques européennes relatives aux aménagements raisonnables, les employeurs ne remplissent pas toujours l'obligation de les introduire de manière à prendre en compte les besoins individuels des personnes handicapées. En conséquence, l'article présente d'abord le cadre juridique de l'UE pour l'obligation d'aménagement raisonnable, en tenant compte des sources du droit primaire et dérivé et de leurs relations mutuelles. Ensuite, les décisions les plus importantes de la Cour de justice de l'UE concernant le concept de titre, y compris celles rendues en 2021-2022, ont été analysées. La dernière partie de l'article se concentre sur l'évaluation de la nature et de la portée juridiques des aménagements raisonnables, et indique également leurs types et exemples les plus typiques.
  • Révolution industrielle 4.0, droit du travail et droit procédural du travail 4.0
    L'article vise à analyser la corrélation entre la quatrième révolution industrielle, le droit du travail et le droit du travail procédural 4.0. Les auteurs présentent l'historiographie du travail et indiquent comment la révolution provoque des changements structurels réels et significatifs, tant dans le domaine du droit matériel que du droit procédural du travail. La méthode déductive dans une perspective qualitative et les résultats de la recherche sur le sujet de la littérature ont été utilisés pour élaborer cet article.
  • Problèmes juridiques sélectionnés de la protection des données personnelles des participants à une procédure interne anti-mobbing
    L'article traite de la question de la protection des données personnelles des participants à une procédure interne anti-mobbing, y compris principalement des données obtenues de manière secondaire. L'analyse juridique a notamment porté sur l'obligation d'information de l'employeur envers les participants à une procédure interne anti-mobbing en vertu de l'art. 14 du règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, et abrogeant la directive 95/46 /CE. L'auteur interprète également la disposition de « l'art. 15 du GDPR, qui garantit à la personne concernée le droit d'accéder aux données la concernant. L'analyse concernant la protection des participants aux procédures internes anti-mobbing a également été menée dans le cadre des changements prévus dans la protection des lanceurs d'alerte. La conclusion contient les principales conclusions de lege lata et de lege ferenda résultant des considérations.

 Praca i Zabezpieczenie Społeczne (Travail et sécurité sociale) - toute la liste